Bye bye Ubuntu Bonjour Debian

English: Debian GNU/Linux 6.0 ("Squeeze&q...
English: Debian GNU/Linux 6.0 (« Squeeze ») with GNOME. Polski: Debian GNU/Linux 6.0 (« Squeeze ») z GNOME. (Photo credit: Wikipedia)

 

Utilisant Ubuntu depuis 2006, j’ai pu constater les changements de la distribution au fil du temps. Si au début le bureau était celui de GNOME certes simple, mais très rapide pour la bête de course que j’avais, il s’est transformé au fur-et-à-mesure des mises à jours (tous les 6 mois) en devenant plus beau, plus sexy et plus gourmand en ressource.

 

Aussi lorsque mon PC portable est revenu à la vie, je me suis empressé de mettre à jour Ubuntu 9.10 vers son remplaçant au goût du jour. Les difficultés d’installations ont alors commencé. Ne disposant pas de lecteur optique fonctionnel, je me tourne donc vers une installation par clé USB. Un bug empêche alors l’installation du gestionnaire de démarrage GRUB sur le disque dur. Pour le contourner l’utilisation de l’ISO d’installation « alternate » me permit d’effectuer une installation en mode texte (semi-graphique). Enfin une Ubuntu récente ! J’ai préféré la 12.04 qui est une LTS dont le support va jusqu’en 2017. Au fil du temps Canonical (la société qui est derrière Ubuntu) a réduit la durée de support de ces produits non LTS. Cela ce comprend car avec le rythme de sortie des versions, une tous les 6 mois, cela fait beaucoup de version à maintenir. Ne souhaitant pas faire de mise à jour de version tout les 6 mois, l’utilisation d’une LTS est pour moi obligatoire, d’autant plus que les non LTS ont une durée de support de 9 mois seulement. Autant dire qu’une on LTS n’est pas destinée au grand public.

 

Une fois Ubuntu installé sur vieux portable, je commence à jouer avec en installant un bon vieux Netbeans. Je remarque alors des artefacts d’affichage qui n’est corrigé par aucune des différentes version disponibles du pilote graphique. Par ailleurs le bureau très beau devenait inutilisable à cause de ces bugs graphiques. C’est alors que je me suis dit pourquoi pas revenir à un OS reconnu pour sa stabilité et ayant un long historique ou pourquoi pas une distribution vraiment libre estampillée par la FSF ?

 

Finalement j’opte pour une Debian. Le bug de l’installateur de Ubuntu est en fait aussi présent dans celui de Debian dont est issu Ubuntu. L’usage de premier disque de la distribution DVD permit de mener à bien l’installation. Et voilà, mon vieux portable est mu par un OS stable et au goût du jour. Le bureau de Debian est assez jolie, plus sobre que celui d’Ubuntu et finalement cela me convient bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.