Elgg 1.8.3 vote blanc après passage à Ubuntu 11.10

Coïncidence troublante après la mise à jour de mon Ubuntu, mon serbeur Elgg (réseau social open-source) n’affichait plus qu’une page blanche. La fichier de log /var/log/apache2/error.log indiquait des erreurs dans le module OAUTH. Je ne me souvenais plus si il s’agissait d’un module livré avec Elgg ou bien si je l’avais ajouté par la suite. L’enlever peut être dangereux.

Afin d’identifier le problème il faut ajouter un fichier nommé disabled dans le répertoire des modules INSTALL_DIR/mod. Cela désactive tous les modules dans Elgg. Le site redevenait alors accessible.

Elgg sorti de son mutisme dévoilait sur la page des plugins que le plugin oauth avait des erreurs à cause d’une dépendance non satisfaite. Une conséquence du passage à la 11.10 d’Ubuntu ? Comme je ne me sers pas de Elgg pour me conneter à des sites externe du genre Twitter (je préfère d’ailleurs Status.net), le plugin oauth ne me sert à rien. Le désactiver dans l’interface d’administration a suffit à redonner à mon serveur Elgg toutes ces couleurs après avoir supprimer le fichier disabled du répertoire des modules.

Elgg 1.8 sur N900

English: The Nokia N900 showing system informa...
Image via Wikipedia

Je traînais une vieille installation de Elgg, le logiciel de réseau social libre, que je rechignais à mettre à jour par paresse et par peur de perdre le précieux contenu que j’y avais mis. Ce contenu était d’ailleurs pollué par les innombrables articles publiés par des internautes (mon serveur étant ouvert) et j’ai décidé de faire du ménage. Malheureusement la version 1.7 ne dispose pas de fonction de suppression en masse des utilisateurs et de leurs contenus. C’est donc en modifiant en base que se fait l’épuration des milliers d’utilisateurs incongrus. Un oubli du mot clé not dans une requête SQL et c’est le drame: je supprime les bons utilisateurs dont moi et mes contenus !

Comme dans tout malheur il y a une bonne chose, j’installe la dernière version de Elgg, là 1.8.3 qui dispose d’un plugin pour affichage mobile. C’est un élément qui me manquait vraiment avec la version 1.7 ! Sans application dédiée, l’utilisation la version normal du site sur le N900 n’est pas très ergonomique.

Si l’installation du plugin mobilize sur Elgg 1.8.3 se fait sans encombre, la détection du N900 en tant qu’appareil mobile nécessite un petit travail supplémentaire. Il faut modifier le fichier <eldd_dir>/mod/mobilize/start.php pour ajouter le user agent maemo dans la fonction detectmobile() vers la ligne 45.

Table MySQL elgg_objects_entity corrompue

The official logo of the database query MySQL
Image via Wikipedia

Est-ce que cette table est plus sujette que les autres à des problèmes dans Elgg ? Peut-être. En tous les cas le message signalant que la table elgg_objects_entity est marquée comme “ayant craché et que la réparation automatique a échoué” n’est pas rare sur le web dans les moteurs de recherche. Cette table étant centrale dans Elgg, l’application ne fonctionne plus du tout.

Cependant la situation se règle rapidement avec l’outils d’administration de MySql. Sans aucune connaissance spécifique à ce SGBD, ou connaissance en ligne de commande, l’utilisateur peut réparer la table.

Pour cela il suffit de se positionner sur la base (schéma) de Elgg puis sur la table elgg_objects_entity pour lancer la commande de réparation via le menu contextuel. Sans même utiliser les options proposées, la réparation est un succès et l’instance de Elgg est de nouveau fonctionnelle.

Héberger son facebook-like avec Elgg

Facebook logo
Image via Wikipedia

L’inquiétude concernant les données privées des utilisateurs des réseaux sociaux fait son chemin. Chacun souhaite légitimement être propriétaire de ses informations et pouvoir les supprimer quand bon lui semble ou les divulguer à qui bon lui semble tout en les cachant aussi à qui bon lui semble. Or les réseaux sociaux sur la place ne peuvent satisfaire à ces critères. Le leader actuel Facebook rencontre de plus en plus de détracteurs et de concurrents comme diaspora. La solution idéale est à mon sens d’héberger soit-même ses informations “sociales” car dans ce cas on peut toujours effacer ses données quand on le souhaite. Diaspora est encore en test mais il existe des alternatives pleinement fonctionnelles.

Elgg est un moteur de réseau social open-source que l’on peut installer chez soi. Les fonctionnalités sont séduisantes. Pensé comme un serveur public, tout le monde peut s’enregistrer, créer son réseau et définir finement les niveaux de visibilités sur chaque éléments de contenu qu’il y dépose.

En ce qui concerne les fonctions, Elgg n’a pas à rougir. L’utilisateur peut créer des groupes de contacts et les utiliser comme niveau de visibilité. L’utilisateur dispose de plusieurs moyens pour communiquer: par message direct avec ses contacts (sorte de mail interne à Elgg), par message public (sorte de mur “à la facebook”), par postage de billet sur son blog ou par rédaction de page. Chaque élément du blog ainsi que les pages sont protégés par un niveau de visibilité pour chaque billet ou page. L’utilisateur peut ainsi sur une même plateforme publier à la fois du contenu “privé” accessible aux intimes et du contenu “public” qu’un employeur potentiel pourra voir.

L’installation de Elgg se fait sans encombre pourvu que:

  • l’on active bien la prise en compte du fichier .htaccess
  • définit bien l’url de base dans le fichier .htaccess (si on héberge elgg dans un sous répertoire)
  • donne les bons droits sur le répertoire d’installation (voir le billet sur gnu-social)

Le bémol de Elgg c’est qu’il n’est pas réseau social décentralisé. Il constitue néanmoins un bon outils pour un réseau social auto-hébergé.

Héberger son facebook-like avec Elgg

Facebook logo
Image via Wikipedia

L’inquiétude concernant les données privées des utilisateurs des réseaux sociaux fait son chemin. Chacun souhaite légitimement être propriétaire de ses informations et pouvoir les supprimer quand bon lui semble ou les divulguer à qui bon lui semble tout en les cachant aussi à qui bon lui semble. Or les réseaux sociaux sur la place ne peuvent satisfaire à ces critères. Le leader actuel Facebook rencontre de plus en plus de détracteurs et de concurrents comme diaspora. La solution idéale est à mon sens d’héberger soit-même ses informations “sociales” car dans ce cas on peut toujours effacer ses données quand on le souhaite. Diaspora est encore en test mais il existe des alternatives pleinement fonctionnelles.

Elgg est un moteur de réseau social open-source que l’on peut installer chez soi. Les fonctionnalités sont séduisantes. Pensé comme un serveur public, tout le monde peut s’enregistrer, créer son réseau et définir finement les niveaux de visibilités sur chaque éléments de contenu qu’il y dépose.

En ce qui concerne les fonctions, Elgg n’a pas à rougir. L’utilisateur peut créer des groupes de contacts et les utiliser comme niveau de visibilité. L’utilisateur dispose de plusieurs moyens pour communiquer: par message direct avec ses contacts (sorte de mail interne à Elgg), par message public (sorte de mur “à la facebook”), par postage de billet sur son blog ou par rédaction de page. Chaque élément du blog ainsi que les pages sont protégés par un niveau de visibilité pour chaque billet ou page. L’utilisateur peut ainsi sur une même plateforme publier à la fois du contenu “privé” accessible aux intimes et du contenu “public” qu’un employeur potentiel pourra voir.

L’installation de Elgg se fait sans encombre pourvu que:

  • l’on active bien la prise en compte du fichier .htaccess
  • définit bien l’url de base dans le fichier .htaccess (si on héberge elgg dans un sous répertoire)
  • donne les bons droits sur le répertoire d’installation (voir le billet sur gnu-social)

Le bémol de Elgg c’est qu’il n’est pas réseau social décentralisé. Il constitue néanmoins un bon outils pour un réseau social auto-hébergé.