Exploitabilité des log

Les mécanismes de log en Java, tel que log4J, sont bien matures et font partie de l’état de l’art des développement informatiques. Les développeurs ont l’habitude de s’en servir en vue de mettre au point les programmes et de corriger les bugs après avoir pu les reproduire en local. En production, les log sont généralement moins verbeuses et ont pour objectif de ne signaler que les problèmes sérieux  qui nécessitent un action de l’exploitant voire une remontés rapide aux équipes de développement pour fourniture d’une correction.

Un aspect de la gestion des log est néanmoins peu adressé. Il s’agit de l’exploitabilité des log quand il s’agit de connaître le comportement de l’application en production. La production, environnement sécurisé n’est pas accessible aux développeurs qui doivent souvent demander les log à l’exploitant de production voire ensuite demander d’augmenter le niveau de log en production pour cibler le problème.

De plus, dans le contexte actuel, d’applications communiquantes, où une fonction est assurée par la collaboration de plusieurs applications, la compréhension des problêmes en production passent par une vue globale des log. La log du logiciel est multi-applicative.

Nous prenons comme exemple l’API de log Lg4J devenu le standard defacto de la log en java avant que Sun n’ajoute un mécanisme de log dans le JDK même. Quels sont les outils à la disposition ? Log4j, Chainsaw et Flume méritent-ils que l’on s’y intéressent de plus près ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.