Le web en danger

C’était sur ces mots qu’un plaidoyer pour un internet libre était lancé par l’inventeur du web il y a quelques années. Il mettait en garde contre le fait que les sites fermés, tel que Facebook, tuait le web en enfermant en leur sein une portion du monde qui pourrait trés bien être à l’exterieur. En effet il faut être inscrit pour accéder à Facebook. Or Facebook agit comme un portail où les utilisateurs restent captifs. Tout ce qu’on met dans Facebook, reste dans Facebook.

Il avait raison. Les gens confondent allègrement Facebook et internet. J’en ai eu l’exemple le week-end dernier où sur le festival de Berk, un animateur disait à un visiteur d’aller sur le site web de son association pour avoir des informations complémentaires. Le visiteur demanda aussitôt si il n’avait pas une page facebook, que c’était mieux qu’un site car cela permettait aux gens de découvrir son association puisque les gens vont de page Facebook en page Facebook par les partages… il ignorait que c’est éxactement ce que permet le world wide web par les hyperliens tout en étant libre, sans obligation d’être inscrit.

Cependant sur un point ce visiteur à raison. Si on veut avoir une grande visibilité à peu de frais, avoir une page Facebook est un moyen comme un autre voire des plus efficace si on sait manipuler le buzz. Mais il faut prendre garde de ne mettre sur Facebook que ce qui existe par ailleurs et accessible sans contrainte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.