Héberger son facebook-like avec Elgg

Facebook logo
Image via Wikipedia

L’inquiétude concernant les données privées des utilisateurs des réseaux sociaux fait son chemin. Chacun souhaite légitimement être propriétaire de ses informations et pouvoir les supprimer quand bon lui semble ou les divulguer à qui bon lui semble tout en les cachant aussi à qui bon lui semble. Or les réseaux sociaux sur la place ne peuvent satisfaire à ces critères. Le leader actuel Facebook rencontre de plus en plus de détracteurs et de concurrents comme diaspora. La solution idéale est à mon sens d’héberger soit-même ses informations “sociales” car dans ce cas on peut toujours effacer ses données quand on le souhaite. Diaspora est encore en test mais il existe des alternatives pleinement fonctionnelles.

Elgg est un moteur de réseau social open-source que l’on peut installer chez soi. Les fonctionnalités sont séduisantes. Pensé comme un serveur public, tout le monde peut s’enregistrer, créer son réseau et définir finement les niveaux de visibilités sur chaque éléments de contenu qu’il y dépose.

En ce qui concerne les fonctions, Elgg n’a pas à rougir. L’utilisateur peut créer des groupes de contacts et les utiliser comme niveau de visibilité. L’utilisateur dispose de plusieurs moyens pour communiquer: par message direct avec ses contacts (sorte de mail interne à Elgg), par message public (sorte de mur “à la facebook”), par postage de billet sur son blog ou par rédaction de page. Chaque élément du blog ainsi que les pages sont protégés par un niveau de visibilité pour chaque billet ou page. L’utilisateur peut ainsi sur une même plateforme publier à la fois du contenu “privé” accessible aux intimes et du contenu “public” qu’un employeur potentiel pourra voir.

L’installation de Elgg se fait sans encombre pourvu que:

  • l’on active bien la prise en compte du fichier .htaccess
  • définit bien l’url de base dans le fichier .htaccess (si on héberge elgg dans un sous répertoire)
  • donne les bons droits sur le répertoire d’installation (voir le billet sur gnu-social)

Le bémol de Elgg c’est qu’il n’est pas réseau social décentralisé. Il constitue néanmoins un bon outils pour un réseau social auto-hébergé.

Héberger son facebook-like avec Elgg

Facebook logo
Image via Wikipedia

L’inquiétude concernant les données privées des utilisateurs des réseaux sociaux fait son chemin. Chacun souhaite légitimement être propriétaire de ses informations et pouvoir les supprimer quand bon lui semble ou les divulguer à qui bon lui semble tout en les cachant aussi à qui bon lui semble. Or les réseaux sociaux sur la place ne peuvent satisfaire à ces critères. Le leader actuel Facebook rencontre de plus en plus de détracteurs et de concurrents comme diaspora. La solution idéale est à mon sens d’héberger soit-même ses informations “sociales” car dans ce cas on peut toujours effacer ses données quand on le souhaite. Diaspora est encore en test mais il existe des alternatives pleinement fonctionnelles.

Elgg est un moteur de réseau social open-source que l’on peut installer chez soi. Les fonctionnalités sont séduisantes. Pensé comme un serveur public, tout le monde peut s’enregistrer, créer son réseau et définir finement les niveaux de visibilités sur chaque éléments de contenu qu’il y dépose.

En ce qui concerne les fonctions, Elgg n’a pas à rougir. L’utilisateur peut créer des groupes de contacts et les utiliser comme niveau de visibilité. L’utilisateur dispose de plusieurs moyens pour communiquer: par message direct avec ses contacts (sorte de mail interne à Elgg), par message public (sorte de mur “à la facebook”), par postage de billet sur son blog ou par rédaction de page. Chaque élément du blog ainsi que les pages sont protégés par un niveau de visibilité pour chaque billet ou page. L’utilisateur peut ainsi sur une même plateforme publier à la fois du contenu “privé” accessible aux intimes et du contenu “public” qu’un employeur potentiel pourra voir.

L’installation de Elgg se fait sans encombre pourvu que:

  • l’on active bien la prise en compte du fichier .htaccess
  • définit bien l’url de base dans le fichier .htaccess (si on héberge elgg dans un sous répertoire)
  • donne les bons droits sur le répertoire d’installation (voir le billet sur gnu-social)

Le bémol de Elgg c’est qu’il n’est pas réseau social décentralisé. Il constitue néanmoins un bon outils pour un réseau social auto-hébergé.

GnuSocial un réseau social décentralisé

A Bold GNU Head
Image via Wikipedia

Les sites de réseaux sociaux ont un point commun immuable qui est la captivité des utilisateurs et de leurs contact. Que ce soit Facebook ou Viadeo ou bien LinkedIn toutes les informations que l’on y rentre ne peuvent en sortir . Ainsi les information de l’utilisateur même, son histoire et ses photos, la liste de ses contacts, sont autant de données qui ne sont pas récupérables si il quitte le réseau social. Par contre ces sites proposent moultes façon d’importer ces mêmes données, leur objectif étant bien d’avoir le plus d’utilisateurs dans un but mercantile.

Les alternatives réellement libres existent. GNU Social en est un exemple. Ce projet a pour but de créer un réseau social décentralisé. Ce billet montre l’installation de GNU Social sur une machine Ubuntu 10.10.

La meilleurs façon de l’installer est à partir des sources !

thierry@jesus:~/Programmes$git clone git://gitorious.org/+socialites/statusnet/gnu-social.git gnu-social

Ce qui donne à peu près cela:

Initialized empty Git repository in /home/thierry/Programmes/gnu-social/.git/
remote: Counting objects: 70490, done.
remote: Compressing objects: 100% (30699/30699), done.
remote: Total 70490 (delta 45531), reused 53396 (delta 32652)
Receiving objects: 100% (70490/70490), 85.50 MiB | 1.45 MiB/s, done.
Resolving deltas: 100% (45531/45531), done.

Rendons le répertoire gnu-social accessible depuis le web via apache. Pour cela créer le fichier /etc/apache/2/conf.d/gnu-social

Alias /gnu-social /home/thierry/Programmes/gnu-social

Maintenant il faut donner au processus apache les droits sur le répertoire gnu-social. Pour cela il faut changer le groupe sur certains répertoires en prenant le groupe www-data et en donnant le droit d’écriture à ce groupe.

chown thierry:www-data gnu-social
chmod 775 gnu-social
chown thierry:www-data avatar
chmod 775 avatar
chown thierry:www-data background
chmod 775 background/
chown thierry:www-data file
chmod 775 file

Pointer un navigateur sur //localhost/gnu-social et cliquez sur le lien d’installation.

Vérifier que le contenu du  fichier gnu-social/config.php,  notement au niveau de l’url vers la base de données (dans mon cas le nom de la base était mysqli au lieu de mysql) et du nom choisi pour le site (ne pas utiliser de caractères spéciaux comme la quote)

En cas de modification du fichier config.php, il faut redemarrer apache

sudo /etc/init.d/apache2 restart